recherche

Accueil > Réflexions et travaux > Vers une démocratie communicationnelle

24 janvier 2020

Vers une démocratie communicationnelle

par Nora Merlín

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Karl Marx, dans les Thèses sur Feuerbach (1845), plus précisément dans la thèse 11, conclut que « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c’est de le transformer. ». Le penseur allemand a affirmé que la philosophie, si elle ne devenait pas une pratique transformatrice, était inutile.

Pendant les années sombres du gouvernement néolibéral, l’opposition avait besoin du temps pour comprendre les mécanismes utilisés par le pouvoir pour imposer le plan néolibéral et enchanter la subjectivité. À cette époque, le champ populaire était en mesure de démêler les opérations médiatico- judiciaires, l’utilisation de fausses nouvelles et le lawfare Guerre juridique, a pu vérifier l’installation des effets telles que l’anxiété, la peur et la haine de la discipline, et comprendre l’une des stratégies centrales utilisées pour le pouvoir : rendre les intérêts commerciaux invisibles et les transformer en « bien commun », « République » et « valeurs démocratiques ». La subjectivité a appris à interpréter les messages communicationnels des médias d’entreprise, qui cherchent à coloniser le bon sens, et à découvrir les intérêts derrière les déclarations et les promesses des dirigeants de Cambiemos, qui se moquaient et trompaient leurs électeurs.

Une fois que les tactiques de guerre utilisées par le pouvoir ont été comprises et que leurs intérêts cachés par les techniques de marketing et d’entraide sont devenus visibles, n’importe qui a pu discerner les intérêts et les entreprises privées derrière un récit républicain, qui s’est manifesté contre la corruption.

Le discernement et son assimilation collective ultérieure ont permis la transition vers des conséquences pratiques et transformatrices. La compréhension ou le discernement et l’organisation du camp populaire étaient deux opérations politiques centrales employées par l’opposition qui ont mené au triomphe del Frente de Todos aux urnes.

Le discernement des intérêts du pouvoir, la construction et l’organisation du lien militant et des slogans assumés collectivement, ont été des actions décisives en politique. L’organisation de l’unité, c’est-à-dire des forces nationales et populaires qui s’opposent au néolibéralisme, continue d’être le meilleur moyen de contrer le pouvoir néolibéral. Nous comprenons que l’organisation n’est pas seulement un moyen d’atteindre des fins, mais aussi la construction des fins elles-mêmes.

La démocratie actuelle très fragilisée par la direction néolibérale sortante, guidée par la concentration du pouvoir, nécessite le renforcement des institutions ainsi que des mécanismes de régulation capables de limiter, de distribuer et de déconcentrer. Non seulement les dirigeants, mais aussi le peuple doivent générer des défenses contre le pouvoir du mal qui continue à agir en silence, à déstabiliser et à attaquer. Les deux agents, le peuple et l’État, devront approfondir le discernement et l’organisation d’une unité de plus en plus large et la renaissance de certaines de leurs pratiques politiques.

Par exemple, on savait déjà que le monopole de l’information et de la vérité nuit à la démocratie, entraînant le droit à l’information et la pluralité des voix fondamentales pour son fonctionnement. La loi sur les médias promulguée en 2011 par le gouvernement Cristina a établi des règles pour le fonctionnement et la distribution des licences de médias. Il a été modifié par un décret de Macri, visant à neutraliser le caractère antitrust de la loi, au profit de grands groupes, en particulier Clarin.

En bref, il n’y a actuellement aucune démocratisation de la parole publique ou, en d’autres termes, Clarín continue d’être le propriétaire des dictionnaires. Comment le social, sans loi sur les médias, peut-il défendre la démocratie et construire des mécanismes qui limitent le monopole de la parole et permettent le discernement de la vérité ?

Si l’on applique l’axiome marxiste à la situation nationale, la célèbre thèse 11, après avoir interprété les mécanismes utilisés par la société des médias pour coloniser la subjectivité, le peuple est confronté à un carrefour politique : sans loi sur les médias, il doit trouver dans les forces sociales des mécanismes capables de fonctionner comme une limite ou une digue selon le droit constitutionnel à l’information.

Il est temps de transformer par le bas la réalité construite par la société des médias. Nous devrons passer par une action qui consiste en une pression collective autour du slogan du droit à la vraie information.

Inventer un Observatoire interdisciplinaire, outil de régulation démocratique et populaire sans dogmatisme ni esprit partisan, sera l’une des priorités de la politique nationale pour ressusciter la démocratie.

Nora Merlin* pour El Destape

El Destape. Buenos Aires, le 19 janvier 2019.

Traduit de l’espagnol pour El Correo de la Diaspora par : Estelle et Carlos Debiasi

El Correo de la Diaspora. Paris, le 24 janvier 2020

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported. Basée sur une œuvre de www.elcorreo.eu.org.

Répondre à cet article

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id