recherche

Accueil > Empire et Résistance > « Gringoland » (USA) > Une présidence Biden signifie « le Retour du Blob »

1er novembre 2020

Une présidence Biden signifie « le Retour du Blob »

par Pepe Escobar *

 

Une Maison Blanche Biden-Harris ramènerait de nombreuses goules bien connues et d’autres encore inconnues dans les couloirs du pouvoir de la politique étrangère. Que va-t-il se passer le 3 novembre ? C’est comme une rediffusion plus grande que nature du célèbre adage hollywoodien : « Personne ne sait rien ».

La stratégie du Parti Démocrate est claire comme de l’eau de roche, née du jeu de scénarios électoraux intégré au Transition Integrity Project et rendue encore plus explicite par l’un des co-fondateurs du TIP, un professeur de droit de l’Université de Georgetown.

Hillary Clinton, sans détour, l’a déjà dit : Les Démocrates doivent reprendre la Maison Blanche par tous les moyens et dans tous les cas de figure.

Et juste au cas où, avec un opus de 5 000 mots, elle se positionne déjà pour un emploi de premier ordre.

Bien que les Démocrates aient clairement fait savoir qu’ils n’accepteraient jamais une victoire de Trump, la réplique a été un Trump vintage : il a dit aux Proud Boys de « se tenir en retrait » – insinuant sans violence, pour l’instant – mais surtout de « se tenir en retrait », comme pour « soyez prêts ».

Le décor est planté pour le chaos Kill Bill le 3 novembre et au-delà.

Dis que ce n’est pas vrai, Joe

Inspiré du modèle du TIP, imaginons un retour des Démocrates à la Maison Blanche – avec la perspective d’une prise de pouvoir de la Présidente Kamala dans les plus brefs délais. Cela signifie, essentiellement, le Retour du Blob.

Le Président Trump l’appelle « le marais ». L’ancien Conseiller Adjoint à la Sécurité Nationale d’Obama, Ben Rhodes – un hack médiocre – a au moins inventé le «  Blob » plus funky , appliqué à la bande incestueuse de la politique étrangère de Washington, aux think tanks, aux universités, aux journaux (du Washington Post au New York Times), et à cette bible non officielle, le magazine Foreign Affairs.

Une présidence démocrate, dès maintenant, devra faire face aux implications de deux guerres : La Guerre Froide 2.0 contre la Chine, et l’interminable GWOT (Guerre Mondiale contre le Terrorisme), rebaptisée OCO (Opérations de Contingence à l’Étranger) par l’administration Obama-Biden.

Biden est devenu le membre le plus important du Comité des Affaires Étrangères du Sénat en 1997 et en a été le Président de 2001 à 2003 et de nouveau de 2007 à 2009. Il a défilé en tant que supporter inconditionnel de la Guerre d’Irak – nécessaire, selon lui, dans le cadre de la GWOT – et a même défendu une « partition douce » de l’Irak, ce que les nationalistes féroces, sunnites et chiites, de Bagdad à Bassora, n’oublieront jamais.

Les réalisations géopolitiques d’Obama-Biden comprennent une guerre des drones, ou la diplomatie des missiles Hellfire, avec des « listes de mise à mort » ; l’échec de la campagne en Afghanistan ; la « libération » de la Libye depuis les coulisses, qui en a fait une terre désolée pour les milices ; la guerre par procuration en Syrie contre les « rebelles modérés » ; et, une fois de plus, la destruction du Yémen orchestrée par les Saoudiens.

Des dizaines de millions de Brésiliens n’oublieront jamais non plus qu’Obama-Biden a légitimé l’espionnage de la NSA et les tactiques de guerre hybride qui ont conduit à la destitution de la Présidente Dilma Rousseff, à la neutralisation de l’ancien Président Lula et à l’éviscération de l’économie brésilienne par des élites de la finance.

Parmi ses anciens interlocuteurs, Biden compte l’ancien Secrétaire Général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen – qui a supervisé la destruction de la Libye – et John Negroponte, qui a « organisé » les contras au Nicaragua puis « supervisé » l’État Islamique/Daech en Irak – l’élément crucial de la stratégie d’instrumentalisation des djihadistes de Rumsfeld/Cebrowski pour faire le sale boulot de l’empire.

On peut affirmer sans risque de se tromper qu’une administration Biden-Harris supervisera une expansion de facto de l’OTAN englobant certaines parties de l’Amérique Latine, de l’Afrique et du Pacifique, ce qui plaira au Blob atlantiste.

En revanche, deux éléments presque certains seraient rédempteurs : le retour des États-Unis au JCPOA, ou accord nucléaire iranien, qui était la seule réalisation d’Obama-Biden en matière de politique étrangère, et la reprise des négociations sur le désarmement nucléaire avec la Russie. Cela impliquerait l’endiguement de la Russie, et non une nouvelle guerre froide généralisée, même si Biden a récemment souligné, pour mémoire, que la Russie est la « plus grande menace » pour les États-Unis.

Réveil de Kamala dans la maison

Kamala Harris a été préparée à se hisser au sommet dès l’été 2017. Comme on pouvait s’y attendre, elle est entièrement favorable à Israël – à l’image de Nancy Pelosi (« si ce Capitole s’effondrait, la seule chose qui resterait serait notre engagement en matière d’aide… et je n’appelle même pas cela de l’aide… notre coopération avec Israël ».)

Kamala est un faucon sur la Russie et la Corée du Nord ; et elle n’a pas co-parrainé la législation visant à empêcher la guerre contre le Venezuela et, encore une fois, la Corée du Nord. Appelez-la la quintessence du faucon Dem.

Pourtant, le positionnement de Kamala est plutôt astucieux, puisqu’elle touche deux publics différents : elle s’intègre totalement au Blob mais avec un vernis d’éveil supplémentaire (baskets à la mode, affection annoncée pour le hip hop). Et en prime, elle est directement en contact avec le gang des « Never Trumper ».

Les Républicains Never Trumper – opérant notamment au Think Tankland – ont totalement infiltré la matrice Dem. Ils sont le matériel de prédilection du Blob. L’ultime néo-con Never Trumper doit être Robert Kagan, le mari de Victoria « F**k the EU » Nuland, la distributrice de cookies du Maidan ; d’où la plaisanterie récurrente dans de nombreuses régions d’Asie Occidentale, depuis des années, sur le « Kaganate du Nulandistan ».

Kagan, qui se glorifie lui-même et est idolâtré comme un intellectuel conservateur vedette, est bien sûr l’un des cofondateurs du redoutable Projet pour le Nouveau Siècle Américain (PNAC) des néoconservateurs. Cela s’est traduit par la suite par un soutien enthousiaste à la Guerre d’Irak. Obama a lu ses livres avec émerveillement. Kagan a soutenu avec force Hillary en 2016. Inutile d’ajouter que les néo-conservateurs de la variété Kagan sont tous enragés contre l’Iran.

Sur le plan financier, il y a le Projet Lincoln, mis en place l’année dernière par une bande de stratèges républicains actuels et anciens très proches, entre autres, des stars du Blob telles que Papa Bush et Dick Cheney. Une poignée de milliardaires a généreusement fait don à ce grand super-PAC anti-Trump, avec parmi eux l’héritier de J. Paul Getty, Gordon Getty, l’héritier de l’empire des hôtels Hyatt, John Pritzker, et l’héritière de Cargill, Gwendolyn Sontheim.

Ces Trois Harpies

Le personnage clé du Blob dans une Maison Blanche putative Biden-Harris est Tony Blinken, ancien Conseiller Adjoint à la Sécurité Nationale pendant Obama-Biden et sans doute le prochain Conseiller à la Sécurité Nationale.

C’est de la géopolitique – avec un ajout important : l’ancienne Conseillère à la Sécurité Nationale Susan Rice, qui a été sans cérémonie écartée de la liste des candidats à la vice-présidence au profit de Kamala, pourrait devenir la prochaine Secrétaire d’État.

Le candidat possible de Rice est le Sénateur Chris Murphy, qui, dans un document stratégique intitulé « Repenser le champ de bataille« , reprend sans surprise Obama-Biden : pas de « repenser », vraiment, juste de la rhétorique sur la lutte contre Daech et contenir la Russie et la Chine.

Le suave Tony Blinken a travaillé pour le Comité des Affaires Étrangères du Sénat dans les années 2000, il n’est donc pas étonnant qu’il ait été très proche de Biden avant même le premier mandat Obama-Biden, lorsqu’il est monté au sommet en tant que Conseiller Adjoint à la Sécurité Nationale puis, lors du second mandat, en tant que Secrétaire d’État Adjoint.

Proche de Blinken figure Jake Sullivan, qui, sous l’aile protectrice d’Hillary Clinton, a remplacé Blinken en tant que Conseiller à la Sécurité Nationale lors du second mandat Obama-Biden. Il occupera une place de premier plan au Conseil National de Sécurité ou au Département d’État.

Mais qu’en est-il des Trois Harpies ?

Beaucoup d’entre vous se souviendront des Trois Harpies, telles que je les ai nommées avant le bombardement et la destruction de la Libye, et de nouveau en 2016, lorsque la promotion de leur version remixée pour une suite glorieuse a été brutalement interrompue par la victoire de Trump. Pour ce qui est du Retour du Blob, il s’agit de la version 5K, 5G, IMAX.

Sur les trois Harpies originales, deux – Hillary et Susan Rice – semblent prêtes à s’arracher un tout nouveau poste de pouvoir. L’intrigue s’épaissit pour Samantha Power, ancienne Ambassadrice des États-Unis à l’ONU et auteur de « L’Éducation d’une Idéaliste », où l’on apprend que cette « idéaliste » met en pièces Damas et Moscou tout en ignorant totalement l’offensive des drones Obama-Biden, les listes de mise à mort, l’armement « en coulisses » d’Al-Qaïda en Syrie rebaptisée « rebelles modérés », et l’implacable destruction saoudienne du Yémen.

Samantha semble être de sortie. Il y a une nouvelle Harpie en ville. Ce qui nous amène à la vraie reine du Blob.

La reine du Blob

Michele Flournoy est peut-être l’incarnation même du Retour du Blob : la quintessence, la fonction impériale de ce que l’ancien analyste de la CIA Ray McGovern a brillamment baptisé MICIMATT (le complexe Militaire-Industrie-Congrès-Renseignement-Médias-Académie-Think-Tank).

La fonctionnaire impériale idéale s’épanouit dans la discrétion : pratiquement personne ne connaît Flournoy en dehors du Blob, ce qui signifie la planète entière.

Flournoy est une ancienne conseillère principale du Boston Consulting Group, la co-fondatrice du Center for a New American Security (CNAS), une chargée de recherche au Belfer Center de Harvard, Sous-Secrétaire à la Défense pendant le mandat Obama-Biden, la favorite d’Hillary la Harpie pour devenir chef du Pentagone après 2016, et une fois de plus la favorite pour devenir chef du Pentagone après 2020.

Le plus savoureux sur le CV de Flournoy est qu’elle est la co-fondatrice de WestExec Advisors avec nul autre que Tony Blinken.

Tous les initiés du Blob savent que WestExec se trouve être le nom de la rue qui longe l’aile ouest de la Maison Blanche. Dans une intrigue Netflix, ce serait l’indice évident qu’une courte marche de la gloire directement vers le 1600 Pennsylvania Avenue se profile à l’horizon pour les protagonistes vedettes.

Flournoy, plus que Blinken, a fait de WestExec un succès certifié dans le MICIMATT du Beltway, en ne profitant de pratiquement aucune campagne de relations publiques ou médiatiques et en s’adressant exclusivement à des groupes de réflexion.

Voici un aperçu crucial de la pensée de Flournoy. Elle affirme clairement que la simple dissuasion américaine bénigne à l’égard de la Chine est une « erreur de calcul ». Et il est important de garder à l’esprit que Flournoy est en fait le cerveau de la stratégie globale de guerre Obama-Biden, qui a échoué.

En un mot, Biden-Harris signifierait le Retour du Blob avec une vengeance. Biden-Harris serait Obama-Biden 3.0. Souvenez-vous de ces sept guerres. Souvenez-vous des assauts. Souvenez-vous des listes de mise à mort. Souvenez-vous de la Libye. Souvenez-vous de la Syrie. Souvenez-vous du « coup d’État doux » au Brésil. Souvenez-vous du Maidan. Vous êtes tous avertis.

Pepe Escobar* pour l’Asia Times

Asia Times

* Pepe Escobar est un journaliste brésilien de l’Asia Times et d’Al-Jazeera. Pepe Escobar est aussi l’auteur de : « Globalistan : How the Globalized World is Dissolving into Liquid War » (Nimble Books, 2007) ; « Red Zone Blues : a snapshot of Baghdad during the surge » ; « Obama does Globalistan  » (Nimble Books, 2009), Empire of Chaos (Nimble Books, 2014), et 2030 en format Kindi. Vous pouvez le suivre sur Facebook.

Traduit de l’anglais par : Réseau International

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id