recherche

Accueil > Les Cousins > Amérique Centrale et Caraïbes > Salvador. Le FMLN en quête de majorité parlementaire

4 mars 2018

Salvador. Le FMLN en quête de majorité parlementaire

 

L’ancienne guérilla du Front Farabundo Marti de Libération Nationale (FMLN) au pouvoir entend conserver la capitale et redevenir la première force politique lors des municipales et législatives de dimanche.

La partie électorale s’annonce compliquée pour le Front Farabundo Marti de libération nationale (FMLN). L’ancienne guérilla, qui dirige le Salvador depuis 2009, espère obtenir la majorité parlementaire qui lui a toujours fait défaut, à l’occasion des scrutins municipaux et législatifs qui auront lieu dimanche. Indépendamment de sa première ou seconde place au sein du Congrès, qui est composé de 82 sièges, la formation de gauche a toujours dû passer des alliances avec des forces de centre droit, en l’occurrence Gana (11 députés), afin de pouvoir appliquer son programme. Le FMLN, avec ses 31 députés, parviendra-t-il à devancer confortablement l’ultradroitière Arena (35 élus) ? Rien n’est moins sûr. Près de 47,7 % des Salvadoriens déclarent vouloir voter dimanche pour les candidats de la droite, dont 32,7 % pour Arena, d’après une enquête de l’Université centraméricaine.

Concernant le renouvellement des 262 maires, la toute-puissante Arena devrait garder la main, alors qu’elle dirige actuellement 87 municipalités. Pour le FMLN, l’enjeu est de conserver la capitale San Salvador, en présentant comme candidate à la mairie l’actuelle députée Jackeline Rivera. « Si nous voulons poursuivre les transformations, nous devons serrer les rangs et aller voter pour le FMLN aux législatives et municipales (…), le seul parti qui représente les intérêts du Salvadorien », a lancé à ses militants le secrétaire général de la formation, Medardo Gonzalez, lors de l’acte final de la campagne dans la capitale le 26 février. À cette occasion, il a insisté sur l’importance d’obtenir une franche majorité afin de poursuivre les politiques sociales qui ont permis d’enregistrer des avancées dans les secteurs de la santé et de l’éducation. Depuis la victoire présidentielle du FMLN en 2009, la pauvreté, qui touchait 40 % des foyers sous le règne de l’Arena, a reculé de 10 points. Medardo Gonzalez ne s’est pas privé non plus de rappeler que des candidats de ce parti de droite, fondé par le général Roberto d’Aubuisson, leader des escadrons de la mort lors de la guerre civile aux 75 000 morts (1980-1992), maintiennent des « liens avec la délinquance et le crime ». La présence des groupes armés – les maras – et du crime organisé est un handicap au développement de ce pays d’Amérique centrale qui fait partie du « triangle violent » avec le Honduras et le Guatemala. La sécurité publique est l’un des enjeux nationaux.

Cathy Dos Santos pour [l’Humanité->https://www.humanite.fr]

Cathy Dos Santos Journaliste à la rubrique Monde de l’Humanité

l’Humanité. San Salvador, le 1er mars 2018

Répondre à cet article

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id