recherche

Accueil > Les Cousins > Colombie > Rien que du noir... Uribe

27 mai 2002

Rien que du noir... Uribe

par Carlos Debiasi

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

C’est la droite dure en la personne d’Alvaro Uribe, 49 ans, partisan de la
"mano dura" contre la guérilla, qui a gagné les élections présidentielle
de Colombie au premier tour dimanche, avec 53% des voix.

Cet ancien gouverneur de Medellin, seconde ville de Colombie a devancé le libéral Horacio Serpa (31,8%), Luis Eduardo Garzon (gauche, 6,2%) et Noemi Sanin (centre-droit, 5,9%). Le nouveau président s’était déclaré prêt à une lutte frontale contre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Il a demandé aux "groupes violents", sans les nommer, une série de gages, comme "la fin du terrorisme et un gel des hostilités". Alvaro Uribe a appelé à une "médiation internationale" dans le conflit colombien, pour un "dialogue avec les groupes armés en marge de la loi", dans une allusion à la guérilla et aux paramilitaires.

Les Etats-Unis, on ne sera pas surpris, se sont félicités de ce résultat,
estimant qu’ils allaient pouvoir " resserrer les relations avec le nouveau
gouvernement ". Washington fournissant une aide de 1,3 milliard de dollars à Bogota pour éradiquer les plantations de coca, à l’origine des 580 tonnes de cocaïne produites chaque année dans le pays andin et exportées aux trois-quarts vers les Etats-Unis.

El Correo, 27 de mayo de 2002

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id