recherche

Accueil > Les Cousins > Amérique Centrale et Caraïbes > Puerto RicoQuelque chose ne sent pas bon dans la colonie... Vive Puerto (...)

20 février 2006

Puerto Rico
Quelque chose ne sent pas bon dans la colonie...
Vive Puerto Rico libre !

par Padre Luis Barrios

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

La semaine passée fut une semaine de scandales, chahuts et de désillusions dans l’Île de Puerto Rico où une fois de plus le Bureau Fédéral de Recherches Spéciales (FBI) est entré comme dans un moulin et a démontré qu’ils ont le pouvoir de faire ce que bon leur semble. Rien de nouveau, n’oublions pas que nous sommes une colonie !

Cette provocation est une sorte de suite à l’opération qu’ils ont mené à bien le 23 septembre 2005 quand ils ont exécuté notre Commandant Filiberto Ojeda Rios, dirigeant du groupe Armée Populaire Boricua-Los Macheteros. Ce jour là, ils nous ont dit de façon très effrontée qu’ils mèneraient à bien d’autres arrestations non seulement à Puerto Rico mais aussi ici aux Etats-Unis, sur des personnes qu’ ils soupçonnent appartenir aux Macheteros. Ce que le FBI a été à Puerto Rico après avoir fusillé le Commandant Filiberto fut une de ses nombreuses promesses ; voila sa réalisation. L’étonnement du peuple de Puerto Rico en voyant ces nouvelles opérations répressives me rappellent quand Madame Barbara, ma petite grand-mère, me disait : ils se transforment en nez et ne trouvent pas par où respirer.

C’est à dire, que le peuple est tombé dans une hystérie collective en pensant que le FBI est le problème quand tout ceci est le symptôme d’une maladie qui s’appelle colonialisme. Qui peut nier que nous soyons la colonie la plus importante des Etats-Unis ? Par conséquent, ces gens peuvent faire ce que bon leur semble parce que nous sommes leur cour privée de divertissement. Est-ce qu’elle me fait mal et me gêne cette réalité ? C’est pour cela que je suis indépendantiste, c’est pourquoi je crois dans la décolonisation de la patrie et c’est pourquoi je combats pour cet idéal.

Autrement dit, ce type d’opération militaire avec l’intention de détruire le mouvement décolonisateur et indépendantiste à Puerto Rico ne doit pas nous prendre par surprise. Or, il y a une série de questions que je veux partager avec vous comme exercice de réflexion spirituelle.

Qu’est -ce que le FBI ? Le FBI est la Police Fédérale qui a juridiction dans tout le système politique fédérale qui existe ici aux Etats-Unis. Il est apparu durant 1908 sous la direction du Trésorier Général Charles Bonaparte pendant la présidence de Theodore Roosevelt. Comme tout organe de contrôle qui surgit de la classe dominante dont l’intention principale est de maintenir une stabilité là où les intérêts de cette classe, qui régit le pays, peuvent être garantis.

Par conséquent, toute action, personne et/ou groupe qui est une menace pour cette classe dominante, on tend à la criminaliser. De là, tout processus pour obtenir la décolonisation et l’indépendance de Puerto Rico n’est pas vu d’un bon oeil par ces gens. Qui peut oublier la manière tellement absurde par laquelle le FBI a mené à bien son opération de contre-intelligence contre le mouvement nationaliste de Puerto Rico à partir des années 1930 ? Telle est là est notre pénible réalité.

Le FBI a-t-il une base légale à Puerto Rico ? Telle est la question du moment et il me semble que sans essayer de couvrir le ciel avec la main, nous devons être honnêtes dans la réponse, même si cela nous fait mal. La négation est un signal très négatif qui nous dit qu’il n’existerait pas de récupération. Par sa position coloniale à Puerto Rico, les Etats-Unis comme empire ont tout le privilège - non le droit - de faire ce qu’ils veulent y compris dans l’utilisation du FBI. En quoi cette réalité nous fait mal et nous tracasse ? De nouveau, parce que je suis indépendantiste, c’est pourquoi je crois dans la décolonisation de la patrie et c’est pourquoi je combats pour cet idéal. Je reviens et le répète, la présence du FBI à Puerto Rico est seulement un symptôme du problème qui s’appelle colonialisme. D’où la nécessité d’organiser cette hystérie collective du peuple dans un mouvement de décolonisation et d’indépendance.

Or, quelle a été la fonction du FBI à Puerto Rico ? Exercer un terrorisme politique qui répond à la mission de protéger les intérêts de la classe dominante des Etats-Unis et dirigeante de Puerto Rico. À travers leur désordre, ils maintiennent un supposé ordre politique lequel ils entretiennent de façon ambivalente Puerto Rico sans définition de statut politique.

D’autre part, le FBI maintient dans notre patrie une participation directe pour promouvoir, faire monter et maintenir au pouvoir des gouvernements colonialistes comme celui que nous avons à l’heure actuelle sous la direction d’un gouverneur colonial, Aníbal Acevedo Vilá. Rappellez-vous toute l’affaire des dossiers qui ont ouvert au peuple indépendantiste ? Rappelez-vous son implication dans les meurtres de ’Chagui’ Mari Pesquera (assassinat politique pour punir et essayer de faire taire le chef indépendantiste Juan Mari Bras), de Carlos Soto Arriví et Arnaldo Darío Rosado (embusqués dans le Cerro Maravilla pour donner une leçon à l’indépendantisme), Carlos Muñiz (activiste cubain contre le blocus contre Cuba) ? Ces gens là ont des antécédents très lourds parce que le désespoir les mène à ce type d’actions criminelles.

Cette affaire du FBI est tellement sérieuse que son implication dans des tortures et meurtres en Irak, en Afghanistan et à Guantánamo ne peut plus être dissimulée. Par conséquent, sa juridiction va au-delà du fédéralisme américain pour se transformer en un appareil répressif de l’empire là où on en a besoin. Ces gens là sont experts dans la construction sociale du consensus, mécanisme utilisé par la classe dirigeante avec l’intention d’obtenir un contrôle social, politique, économique et spirituel à travers un arrangement avec l’opinion publique.

Par exemple. On évalue l’implication du FBI dans ce qu’on appelle à tort la guerre contre le terrorisme où ils sont à la direction d’un terrorisme national , où on l’ a accusé de mettre des explosifs dans des écoles et des Églises ; son implication dans des meurtres politiques comme ceux de Martin Luther King, Malcom X, John F Kennedy, Pedro Albizu Campos, parmi beaucoup autres ; les actions de contre-intelligence contre les Pantères Noires, Young Lords ; la fabrication de preuves contre le chef indigène Leonard Peltier ; l’arrestation en 2001 de Robert Philip Anisen, un agent du FBI qui travaillait pour la Russie ; et les accusations selon lesquelles le FBI a été impliqué dans les actions terroristes du 11 septembre (la participation peut se faire aussi par négligence). Voila pourquoi je ne suis pas surpris, même si cela me dérange, de ce qu’ils font à Puerto Rico. Je répète, ces gens répondent aux intérêts de la classe dominante laquelle est disposée à faire ce qu’il faut pour maintenir l’ordre politique et économique.

Parce que quelque chose ne sent pas bon dans la colonie de Puerto Rico, nous devons nous organiser non contre le symptôme qui s’appelle le FBI mais plutôt contre le problème qui est s’appelle le colonialisme et ainsi de cette manière nous ne cherchons pas la fièvre dans le drap.

Paix avec justice.
Vive Puerto Rico libre !

New York, le 17 février 2006

Traduction de l’espagnol pour El Correo de : Estelle et Carlos Debiasi

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id