recherche

Accueil > Fil rouge > Lettre ouverte à Monsieur le Premier Ministre Laurent Fabius

8 décembre 2005

Lettre ouverte à Monsieur le Premier Ministre Laurent Fabius

par Carlos Debiasi

 

Monsieur le Première Ministre

Permettez-moi de vous adresser toutes mes félicitations pour la chaleur humaine et le respect avec lesquels vous avez reçu en France le poète Raúl Rivero. Chaleur et respect que tout homme libre, qui lutte pour son peuple, mérite. Mais au-delà de cet acte humain tout à votre honneur, je me demande si vous mesurez, monsieur le Premier Ministre, que le fait de le faire face aux caméras - compte tenu de la capacité de récupération et de la mauvaise interprétation qu’il peut y avoir d’un tel acte - nuit énormément au dialogue et au rapprochement entre les peuples. A moins que cela ne soit un clin d’œil atlantiste prémédité. Et dans ce cas, double réussite.

Je suis un franco-sud-américain-argentin de France qui vous alerte sur le verrouillage de l’information dont souffrent tous les pays dit du « premier monde » envers l’Amérique latine et nos luttes qui sont les mêmes que celles du peuple français - autodétermination, respect et bien-être général. Et aussi étrange que cela puisse vous paraître, il nous est -aux français et latinos- très difficile d’obtenir des informations neutres de toute idéologie pour mener à bien des actes qui relèvent de la seule responsabilité humaine.

C’est pour cela Monsieur le Premier Ministre, pour nous éviter toute manipulation et au nom de la liberté de l’information, des Droits de l’Homme et du Droit des Peuples à disposer d’eux-mêmes, je vous invite à prendre toutes vos responsabilités devant le peuple français et latino-américain si vous voulez vraiment les aider, et pour cela, à prendre des mesures à la hauteur de votre rang et de votre expérience politique. Vous disposez d’une large et confortable panoplie d’outils propres à la démocratie française. Notamment à l’Assemblée Nationale où vous êtes en mesure de créer une commission qui puisse enquêter sur et dialoguer avec l’Amérique Latine d’aujourd’hui pour « seulement » aider l’Amérique Latine et la France de demain et cela en tenant compte du fait que Cuba et l’Amérique Latine ne font qu’un, malgré la tendance actuelle à lui, et nous, imposer son isolement. Bien sûr, la respectabilité de la composition de cette commission sera la garantie que les rapports produits seront crédibles, en tenant compte de la diversité actuelle d’opinions sur ce sujet. Voila le défi Monsieur le Premier Ministre.

Comme citoyen des deux cultures, relever ce défi pour favoriser les moyens d’expression des uns et des autres et éviter de brouiller la compréhension d’une situation conflictuelle compliquée, par des moyens d’un autre âge qui sont entachés d’une idéologie héritée de la guerre froide, dont nous savons où cela mène, soit vers la droite soit vers la gauche. Combien de morts et de misère programmée faut-il encore pour enfin évoluer ?

Très respectueusement, Carlos Debiasi
Président de la ONG El Correo de la Diaspora Argentine

Paris le 8 décembre 2005

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id