recherche

Accueil > Argentine > Économie > Privatisées > Services Publics : eau, électricité, ordures, etc > Les éternelles difficultés de Aguas Argentinas de Suez-Environnement

19 août 2004

Les éternelles difficultés de Aguas Argentinas de Suez-Environnement

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Par Página 12
Buenos Aires, 18 août 2004

La Cour Suprême convoquerait dans les prochains jours les autorités de la commune de Berazategui et les dirigeants d’Aguas Argentinas à une audition de conciliation, dans le cadre d’un procès que cette commune a entamé contre le concessionnaire pour le non respect présumé de ses engagements dans la construction d’une usine d’épuration des eaux usées.

La commune a dénoncé que le déversement de déchets d’égouts sur la côte du fleuve Rio de la Plata "a produit un problème environnemental qui est resté quatre anns sans réponse". L’entreprise nie toute responsabilité. L’usine d’épuration devait être prête en 1998, mais María Julia Alsogaray a prorogé ensuite l’obligation jusqu’à 2018.

Toutefois, la commune a recouru à la Justice et la Chambre Fédérale d’Appels de La Plata a ordonné en septembre passé à Aguas Argentinas d’effectuer les travaux dans 18 mois. Le concessionnaire a fait appel à la Cour, laquelle devra convoquer les parties pour une audition de conciliation.

Mais les conflits ne se situebt pas seulement dans le Grand Buenos Aires. Le gouverneur de Santa Fe, Jorge Obeid, a déclaré hier que si Aguas Provinciales veut s’en aller "quelle s’en aille". L’entreprise, comme Aguas Argentinas, est aussi contrôlée par le français Suez-Environnement. Finalement, l’Etoss a obligé l’entreprise à effectuer les travaux d’égouts en retard dans le quartier du Tigre, qui profiteront à 10 000 habitants. Les travaux devront être finis dans 270 jours.

Traduction pour El Correo : Estelle et Carlos Debiasi

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id