recherche

Accueil > Argentine > Économie > Privatisées > Services Publics : eau, électricité, ordures, etc > Les clients d’Aguas Argentinas manifestent et réclament l’annulation de la (...)

31 janvier 2005

Les clients d’Aguas Argentinas manifestent et réclament l’annulation de la concession détenue par le groupe français Suez

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Une manifestation se déroule ce matin à Buenos Aires. Elle veut dénoncer le non respect par l’entreprise des engagements du contrat de concession.

Par Télam
Buenos Aires, le 31 janvier 2005

Des organisations de quartiers, des écologistes et des chômeurs manifestent sur la Place de Mai et demandent "l’annulation de la concession de l’entreprise Aguas Argentinas", avançant comme argument que "la filiale du Groupe Suez n’a pas respecté le contrat de concession durant ces douze dernières années".

Les groupes demandent une audition avec des autorités du gouvernement national pour déposer une demande d’annulation du contrat avec Aguas Argentinas.
"La demande concrète est l’annulation de la concession de l’entreprise Aguas Argentinas, parce que cette entreprise n’a pas respecté le contrat de concession et les investissements qui en découlaient et a nui à l’environnement pendant les 12 dernières années", a dit Roberto Díaz, de la Société de Promotion du Quartier Seré de Castelar.

"Nous demandons aussi l’arrêt des procès qu’Aguas Argentinas a entamé contre nous pour défaut de paiements, parce que nous refusons de nous relier au réseau d’eau dans le Quartier Seré de Castelar parce que nous considérions que le contrat était et est toujours confiscatoire", a remarqué Díaz. La convocation à la manifestation a circulé parmi les habitants du Quartier Seréde Castelar, auxquels ensuite se sont ajoutées de nombreuses organisations sociales.

De cette manière, le mouvement a été rejoint par la Coordination d’Assemblées de Quartiers en Lutte Contre Aguas Argentinas dans la province de Buenos Aires et de la Capital Fédérale.

Traduit pour El Correo par Estelle et Carlos Debiasi

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id