recherche

Accueil > Argentine > Souveraineté > Les aventures de William, le « petit prince guerrier »

2 février 2012

Les aventures de William, le « petit prince guerrier »

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Au milieu de l’escalade entre l’Argentine et le Royaume-Uni à l’occasion de l’anniversaire du conflit de Malouines, le prince William arrivera aujourd’hui pour commencer un entraînement militaire de six semaines comme pilote de la RAF.

Le prince William, second dans la ligne de succession au trône de l’Angleterre, arrive aujourd’hui aux Iles Malouines pour faire son entraînement militaire de six semaines comme pilote de la Royal Air Force (RAF). La nouvelle a été donnée par le quotidien londonien The Times un jour après que le Ministère de la Défense annonce l’envoi sur zone d’un bâtiment de guerre, le HMS Dauntless , l’un des destroyers les plus modernes de la marine de guerre britannique – et cela fait partie de la suite de gestes que le gouvernement britannique enchaîne au fur et à mesure que s’approche le 2 avril, date anniversaire des 30 ans du commencement de la guerre des Malouines.

Selon le journal, le prince voyageait dans un avion de la RAF qui, après une escale dans l’île britannique d’Ascension, placée au milieu de l’Atlantique, prévoyait d’atterrir sur l’aéroport malouin de Mount Pleasant après un vol de 18 heures. La présence aux Malouines du fils aîné de Lady Di et du prince Charles aura un poids spécial pas seulement par sa condition d’héritier du trône, mais à cause de son oncle, le prince Andrew, qui a servi comme pilote d’hélicoptère pendant la guerre en 1982.

William a 29 ans. Il est lieutenant de la Force Aérienne, da ns laquelle il est rentré en 2008 et où il a appris à piloter des avions et des hélicoptères en suivant le parcours de son père. Sa visite aux Malouines avait été officiellement annoncée par la RAF en novembre, avec l’information selon laquelle il suivra l’entraînement avec quatre autres pilotes d’hélicoptères Sea King .

Pour le gouvernement argentin, l’envoi du prince aux Malouines à la veille du 30e anniversaire de la guerre, est une provocation. Mardi, à travers un communiqué du Ministère des Relations Extérieures, le Gouvernement avait recommencé à mettre en question le voyage du prince, regrettant « que l’héritier réel arrive sur le sol de la patrie avec l’uniforme du conquistador et non avec la sagesse de l’homme d’Etat qui travaille au service de la paix et au dialogue entre les nations ».

La politique développée par la Casa Rosada dans le litige pour la souveraineté des îles se concentre sur la demande d’une solution négociée entre les pays, ce pourquoi elle recuille l’ appui des gouvernements au niveau régional et international. Dans ce cadre, l’arrivée de William et l’envoi du bâtiment de guerre, l’HMS Dauntless, ont pour objectif de » dévier le sujet Malouines de la possibilité d’une négociation et le mettre sur une scène martiale.

Dans ce sens, hier d’autres éléments nouveaux se sont ajoutés. Le quotidien The Guardian [ Argentine accused of plotting Falklands blockade ] a publié une plainte d’un « haut fonctionnaire » anglais – qui n’a pas été identifié dans l’article – selon qui l’Argentine fait pression sur l’entreprise LAN Chili pour qu’elle suspende ses vols aux Malouines. La supression éventuelle de la route aérienne impliquerait « une coupure du lien principal des îles pas seulement avec l’Amérique du Sud, mais aussi avec le reste de monde », a dit The Guardian qui cite le fonctionnaire. Le diplomate a spéculé même sur que le fait que si LAN se refusait à accepter l’interruption des vols, « l’Argentine choisirait d’interdire l’usage de son espace aérien ».

Du côté argentin, celui qui a parlé hier du sujet fut l’ambassadeur aux États-Unis, Jorge Argüello. Le diplomate a évalué que « avec le renforcement militaire du Royaume-Uni dans les Malouines ils sont entrain de renforcer plus qu’une action militaire, une position domestique étant donné que le gouvernement traverse de sérieuses difficultés  ». L’ambassadeur a prédit que le chemin pris par la Grande-Bretagne semblait contre-indiqué à ses propres intérêts. « Ils défient aussi la communauté internationale », a-t-il considéré. « Après avoir militairement renforcé l’île, ils sont entrés dans un isolement progressif en ce qui concerne le conflit des Malouines. »

Cependant, le sénateur Daniel Filmus, président de la Commission des Relations extérieures de la Chambre haute, a présenté un projet de déclaration qui repousse « la tentative britannique de militariser le conflit sur le litige sur la souveraineté des Iles Malouines ».

Página 12. Buenos Aires, le 2 février 2012.

Traduit de l’espagnol pour El Correo par  : Estelle et Carlos Debiasi

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported
.

El Correo. Paris, le 2 février 2012.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id