recherche

Accueil > Les Cousins > Venezuela > Le controversé Elliott Abrams menace de nouvelles actions contre le (...)

3 mars 2019

Le controversé Elliott Abrams menace de nouvelles actions contre le Gouvernement vénézuélien

 

Le conseiller spécial des États-Unis pour le Venezuela, Elliott Abrams, a de nouveau attaqué hier le Gouvernement de Caracas en assurant que les actions nécessaires seront menées dans l´objectif de destituer le président élu, Nicolas Maduro.

Lors de son intervention devant le Conseil de Sécurité de l´ONU, et en évidente posture d´ingérence dans les affaires internes d´un pays, il a également demandé le soutien et la reconnaissance pour Juan Guaido, titulaire du parlement vénézuélien inhabilité, et qui s´est autoproclamé président en charge du pays sans la moindre légalité.

Les déclarations d´Abrams ont été tenues lors de la séance de vote d´un projet de résolution présenté par les États-Unis, et qui selon de nombreux observateurs ne prétendait qu´utiliser le Conseil comme plateforme pour la campagne destinée à justifier une agression contre la nation bolivarienne. La Russie et la Chine ont opposé leur véto au texte nord-américain ; puis les États-Unis et leurs alliés occidentaux en ont fait de même concernant le projet opposé présenté en réponse par la Russie.

Le texte étasunien réclamait la tenue de nouvelles élections générales au Venezuela, ainsi que la livraison de la prétendue aide humanitaire face à la crise alléguée dans ce pays, et ce sans tenir compte des dommages occasionnés au pays par les sanctions de Washington.

Selon des experts, Abrams est une figure controversée, dont la gestion passée en tant que Sous-secrétaire d´État a représenté un important soutien aux dictatures militaires du siècle dernier, entre autres au Honduras, au Guatemala, au Chili, en Argentine et au Paraguay.

Lors du Gouvernement de George W. Bush il a été conseiller en sécurité durant les guerres des États-Unis en Afghanistan et en Irak, interventions qui ont provoqué la mort de milliers de personnes dans les deux territoires.

Expert en opérations d´espionnage et d´infiltration, et haut fonctionnaire de l´administration de Ronald Reagan, il a été l´un des idéologues du Document de Santa Fe I et II puis a participé à des actions directes et sous-couvertures de l´opération Iran-Contra, destinée à renverser le Gouvernement révolutionnaire sandiniste du début des années 80.

Cette équipe, à la tête de laquelle se trouvait Oliver North, a négocié avec le chef du Cartel de Medellin, Pablo Escobar, l´achat de plusieurs tonnes de cocaïne servant à financer la contre-révolution nicaraguayenne.

Prensa Latina.Nations Unies, New York, 1er mars 2019

Répondre à cet article

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id