recherche

Accueil > Les Brèves > Le Président argentin Macri pique une colère à Davos

vendredi 22 janvier 2016

Le Président argentin Macri pique une colère à Davos

 

Lors de son séjour au Forum Economique de Davos, le président argentin Mauricio Macri, lors d’une rencontre avec des journalistes dans le lobby de son hotel a montré la pire attitude qu’on peut attendre d’un président.

Quand le journaliste argentin Alejandro Bercovich de « BAE negocios » lui a demandé ce qu’il en était de Milagro Sala ( députée au Parlasur, emprisonnée depuis plusieurs jours en argentine à la suite d’une manifestation) il a montré son peu de sang froid , son manque d’éducation, et aucune notion de la fonction presidentiel.

A la question du journaliste « Ne craignez vous pas qu’en dehors du pays on perçoive le fait que l’Argentine a une opposante politique emprisonnée de la même façon qu’on voit la détention du vénézuelien Leopoldo López, par exemple »

Le Président de la République Argentine a répondu : « Tu ne peux me dire pas ça sérieusement ? Tu me le dis sérieusement ? » « Il n’a rien fait de mal le pauvre Leopoldo López comparé à Milagro Sala ».

Et à la surprise générale , il est parti et a mis fin brutalement aux interviews prévues avec quatre médias étrangers.

En effet , la situation n’est pas comparable, López est accusé de « atteinte la propriété privée, incendies intentionnels, association de malfaiteurs » dans des manifestations qu’il a organisées et qui ont fait 43 morts.

Macri s’est déclaré favorable à l’arrestation de la dirigeante de mouvement social : estimant « ça fait beaucoup de temps qu’on parle des abus de pouvoir de Milagro Sala et de violations de la loi. il me semble bien que des juges se bougent pour défendre la valeur de la loi » violant ainsi son devoir de réserve sur les dossiers judiciaires en cours.

El Correo. París, 22 janvier 2016.

Répondre à cette brève

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id