recherche

Accueil > Les Cousins > Bolivie > La Bolivie a doublé ses exportations vers les USA sans TLC !

29 novembre 2011

La Bolivie a doublé ses exportations vers les USA sans TLC !

par Estelle Leroy-Debiasi *

 

La valeur des exportations boliviennes vers les Etats-Unis a doublé en 5 ans, alors justement que la Bolivie n’a pas signé de Traité de libre échange (TLC) avec les Etats-Unis.

La Bolivie n’a pas de TLC avec les Etats-Unis mais surtout que depuis la fin 2008, le pays a perdu les bénéfices liés à l’Accord commercial préférentiel andin d’éradication de la drogue (Atpdea, Andean Trade Preferential Drug Eradication Act, en anglais). Cet accord permettant d’exporter certains produits aux Etats-Unis, avec des droits de douane réduits, comme compensation pour l’éradication de la coca, mais le président Bush en avait demandé la suspension au Congrès la Bolivie en 2008.

L’exemple de la Bolivie est donc instructif, alors que le TLC – traité de libre échange- passé entre les Etats-Unis et la Colombie suscite beaucoup d’inquiétude chez les producteurs colombiens notamment de produits agricoles, et a de lourdes implications (voir El Correo L’avancée irrésistible de la militarisation, par Raúl Zibechi).

« Nous avons démontré au monde entier que nous sommes capables d’entrer dans le marché étasunien, y compris sans le soutien de l’Atpdea », a affirmé le ministre bolivien de l’économie et des finances publiques, Luis Arce. Le rétablissement des préférences douanières à travers l’Atpdea pour les produits boliviens destinés aux Etats-Unis n’est pas un sujet de préoccupation.

En effet selon un document publié par Bolpress, les exportations de la Bolivie vers les Etats-Unis ont augmenté beaucoup plus que celles des autres pays latino-américains qui ont souscrit un traité de libre échange avec les Etats-Unis ou qui bénéficient des préférences douanières de l’Atpdea.

« Sans l’Atpdea, la Bolivie a exporté plus aux Etats-Unis qu’avec les préférences douanières. Je pense que ce fut une motivation pour être plus compétitifs, pour nous insérer plus dans le marché nord-américain, nous sommes biens, nous n’avons pas besoin de ces instruments qui sont sous conditions politiques », a poursuivi le ministre du commerce extérieur.

En 2008, environ 90 entreprises boliviennes exportaient des produits vers les Etats-Unis, pour une valeur moyenne de 479 millions de dollars. On estimait que 70% des exportations des produits d’habillement et 60% des exportations de produits de cuir et de bois étaient destinées au marché étasunien. Ces secteurs ont été les plus touchés par la suspension de l’Atpdea en 2008. Si une partie des ventes bénéficiaient encore du système généralisé de préférences (SGP), les textiles, cuirs et bois devaient payer des droits de douanes pour entrer aux Etats-Unis ; d’ailleurs le gouvernement d’ Evo Morales avait crée un fonds d’Etat de 18 millions de dollars pour appuyer les exportations nationales.

En 2009, Las exportations agricoles et non agricoles vers les Etats-Unis ont atteint 491 millions de dollars dont 60 millions de dollars pour les produits agricoles, dont 98,2% de lignes de produits ont exemptes de droits soit 87,6 % de la valeur de ces exportations de produits agricoles. Concernant les 431 millions de dollars d’exportations de produits non agricoles,93, 4% des lignes étaient exemptes de droits, soit 99% de la valeur des exportations. (source OMC.
Donc en fait les règles douanières existantes dans le cadre de l’OMC permettent de bénéficier d’arrangements douaniers, au titre notamment de clause de la nation la plus favorisée, sans avoir recours à un TLC.

En septembre dernier, toutefois la Cepal ( Commission économique pour l’Amérique Latine), avait demandé aux Etats-Unis de réintégrer la Bolivie comme bénéficiaire de l’Atpdea, comme geste d’une « alliance stratégique » entre le pays du nord et la région pour parvenir à une meilleure insertion dans l’économie internationale ; la Cepal a également demandé la réactivation du Système Generalisé de Preferences (SGP) , entre les deux pays, parvenu à échéance en décembre 2010.

Le 7 novembre dernier les gouvernements Bolivie et étasuniens ont signé un accord par lequel ils rétablissaient les relations économiques, dont un des axes étaient la nécessité de renforcer les relations commerciales, à travers le conseil de commence et investissements. Il avalise la normalisation des relations bilatérales à travers la clause de la nation la plus favorisée.

El Correo, Paris 29 Novembre 2011.

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id