recherche

Accueil > Les Cousins > Colombie > L’ELN conditionne la libération de son otage basque espagnol

21 octobre 2003

L’ELN conditionne la libération de son otage basque espagnol

 

Un mouvement de guérilla colombien, l’ELN, s’est déclaré prêt lundi à libérer l’un de ses sept otages étrangers, le Basque espagnol Asier Huegun Etxeberria, « en solidarité avec la lutte du peuple basque », mais sous certaines conditions.

Par Agence France-Presse
Bogota, Le lundi 20 octobre 2003

Parmi ces conditions, l’ELN réclame la présence en Colombie d’une délégation du parlement basque, a annoncé Francisco Galan, porte-parole de cette guérilla, à la radio Caracol de Bogota.

Les six autres otages, enlevés le 12 septembre par l’Armée de libération nationale (ELN) dans la Sierra Nevada, au nord de la Colombie, sont les Israéliens Beni Daniel, Ortaz Ohayon, Ido Joseph Guy et Erez Altawil, le Britannique Mark Henderson, et l’Allemande Reinhilt Weigel.

Dans le communiqué lu par Francisco Galan, l’ELN exige également la venue en Colombie, pour assister à cette libération, d’un membre de Batasuna, parti basque interdit depuis mars 2003 par le Tribunal suprême espagnol, en raison de ses liens avec l’organisation indépendantiste armée ETA.

« Le peuple basque, à l’image du nôtre, a souffert l’exclusion de la part de l’État espagnol, c’est pour cette raison que nous avons décidé de libérer le citoyen basque Asier Huegun Etxeberria, dans un geste de solidarité avec son peuple qui lutte pour sa souveraineté et son indépendance », ajoute ce texte. avant d’énumérer les exigences de l’ELN préalables à cette libération.

L’ELN est la seconde guérilla de Colombie, avec 4500 hommes. Longtemps dirigée par le prêtre espagnol Manuel Perez, ce groupe rebelle a pour spécialité l’enlèvement collectif de civils.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id