recherche

Accueil > Argentine > Économie > Dette externe > L’Argentine avec Macri, devenue le pays émergent qui a émis le plus de dette (...)

7 juin 2017

Revenir au monde seulement pour passer le chapeau

L’Argentine avec Macri, devenue le pays émergent qui a émis le plus de dette en 18 mois

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

En un an et demi de gouvernement de Mauricio Macri, l’Argentine s’est transformée dans le pays émergent qui a émis plus de dette en dollars du monde. Elle a placé pour 45 951 millions de dollars de titres publics et des bons du Trésor , 263% plus que l’Arabie Saoudite qui est eau deuxième rang avec 17 500 millions, comme l’a révélé le dernier rapport de l’Observatoire de la Dette extérieure de l’UMET (Universidad Metropolitana para la Educación y el trabajo). Si on ajoute les émissions en pesos et la dette placée par des provinces et des entreprises le chiffre atteint la bagatelle de 81 972 millions de dollars. De plus, le décret 334 du 12 mai habilite l’Exécutif à prendre encore 20 000 millions d’ici à la fin de l’année. La situation génère l’inquiétude au sein des spécialistes parce que la dette est allée financer dans sa majorité la fuite des capitaux dans ses diverses variantes (voir à part).

L’État National a émis une dette en 2016 de 22 351 millions de dollars et depuis le début de cette année il a déjà ajouté 23 600 millions, ce qui fait un total 45 951 millions seulement pour les titres publics et les émissions en dollars. Les titres publics atteignaient 22 051 millions l’année passée et 10 962 millions pour les cinq premiers mois de cette année, ce qui fait un total de 33 013 millions à une échéance moyenne de 10,7 ans. Pour sa part, il y a eu 300 millions d’émissions en dollars l’année dernière et 12 638 cette année.

Aux 45 951 millions de dollars en titres et émissions, s’ajoutent, encore 17 274 millions de dollars aussi émis par l’État National, mais en monnaie locale, 10 381 million de dollars des provinces dont l’État National est grarant, et 8 366 millions de dollars d’entreprises privées, ce qui donne un total 81 972 millions.

Les provinces comptabilisent, cette année, des émissions de dette en dollars sous une législation étrangère pour 3 376 millions et depuis le début de la gestion Macri, elles totalisent 10 381 million à un délai moyen de 8,25 ans. Le listing de nouveaux débiteurs inclut Neuquén, Mendoza, Chubut, Cordoba, Salta, Chaco, Santa Fe, , Entre Rios, Buenos Aires, Terre du Feu, La Rioja et la Ville du Buenos Aires.

Enfin, pour ce qui est des entreprises, 13 se sont endettées pour 2 675 millions de dollars. Les dernières ont été Les Grobo Agropecuaria, Capex et Electronic System qui en mai ont émis 483 millions en dollars sous législation locale. Depuis l’arrivée de Macri,29 entreprises privées se sont endettées en dollars Pour un total de 8 366 millions à un délai moyen de 5,8 ans.

Le Rapport d’UMET remarque que si le surendettement public n’est pas tenable dans le temps, surtout si l’économie continue à être en stagnation et que des réductions fiscales continuent à être octroyées à des secteurs solvables grâce à l’élimination des rétentions agricoles et minières et à la réduction de l’impôt sur les revenus et Biens meubles. Le rapport remarque qu’en octobre 2015 la dette publique était de 235 000 millions et qu’ en mai 2017 elle atteindrait, selon la projection de l’Observatoire, 290 000 millions. De cette façon, la dette brute totale aurait augmenté environ 55 000 millions de dollars. C’est-à-dire plus de 11 % du PIB. À son tour, la dette publique en monnaie étrangère rapportée au PIB a grimpé de 27,5 % en octobre 2015 à 37,3% dans le troisième trimestre de 2016 (dernière donnée officielle).

« La direction du modèle de Cambiemos en matière de Dette extérieure est, de poursuivre le schéma actuel, qui n’est pas tenable dans le temps. Comme nous l’ avons exprimé mois après mois, la dette est devenue la colonne vertébrale du modèle économique et il n’est pas évident que les décideurs de la politique prennent la vraie dimension de ce problème et de ses effets », a affirmé Nicolás Trotta, Recteur de l’UMET, qui en plus a ajouté que « le financement avec de la dette extérieure est le soutien de l’indomptable déficit budgétaire et la source unique de dollars significative qu’ils ont pu élaborer pour notre économie. Les annonces d’investissements dans l’économie réelle restent un autre élément supplémentaire de la post-vérité que le gouvernement soutient avec des titres à sensation dans les médias ou dans les documents powerpoint de ses fonctionnaires ».

À cause de l’endettement croissant, les échéances commencent à peser de plus en plus dans l’ensemble des comptes publics. Sur le total des échéances en monnaie étrangère pour 2017, les intérêts pour 2.124 millions de dollars et l’échéance de bons du Trésor en dollars pour 10.388 millions de dollars correspondent exclusivement à une « nouvelle dette » émise par la gestion de Cambiemos. La nouvelle dette explique déjà le 41% du total des échéances annuelles de 2017. De plus, dans une perspective ajoutée, cette « nouvelle dette » explique 27 % (71.229 millions de dollars) du total des échéances de dette publique pour les années 2017-2046 dans son ensemble (268.147 millions de dollars dans un total). La croissance de la dette est vertigineuse et le gouvernement ne donne pas de signes laissant penser qu’il prévoit de lever le pied de l’accélérateur. Pour l’instant, celui sera au pouvoir en 2019 devra affronter à un horizon financier beaucoup plus complexe que celui que le gouvernement de Cristina Fernández de Kirchner a laissé en décembre 2015. Le vrai « plan bombe » semble germer dans ces jours.

Pagina 12. Buenos Aires, le 5 juin 2017.

Traduit de l’espagnol pour El Correo de la Diaspora par : Estelle et Carlos Debiasi

El Correo de la Diaspora. Paris le, 7 juin 2017

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported. Basé sur une œuvre de www.elcorreo.eu.org.

Répondre à cet article

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id