recherche

Accueil > Les Cousins > Venezuela > « Je recommande de ne pas tomber dans des spéculations… » quant aux motifs de (...)

27 août 2012

Chávez se rend sur la raffinerie après l’incendie

« Je recommande de ne pas tomber dans des spéculations… » quant aux motifs de l’explosion a dit Chávez

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Le mandataire a prévenu ceux qui ont souligné que l’incendie fut la conséquence d’un manque de maintenance ou de failles dans les mécanismes de sécurité dans l’installation. Le nombre de victimes a augmenté à 41 après les décès de deux blessés.

Le président du Venezuela, Hugo Chávez, a prévenu à ceux qui ont jeté la suspicion sur l’explosion qui a dévastée une partie des installations d’Amuay, principal complexe de raffinerie de pétrole du pays, quand ils ont souligné que l’incendie fut conséquence d’un manque de maintenance et de mécanismes de sécurité dans l’installation. « Je recommande de ne pas tomber dans des spéculations, de ne pas spéculer, surtout les médias. Ceux qui divulguent de ci de là des éléments, qui peuvent générer la peur, c’est irresponsable et ils parlent à la légère. Nous ne sommes même pas parvenus au foyer de l’explosion », a déclaré le président à son arrivée à la raffinerie, située dans l’état ouest de Falcon. De la même manière, Chávez a nié les versions de la presse qui ont affirmé que les habitants proches du complexe avaient perçu une fuite de gaz peu de temps avant l’incident.

Le président vénézuélien s’est rendu depuis Caracas vers le complexe pétrolier, où un nuage de fumée noire restait dans le ciel puisque 30 heures après le sinistre, deux des neuf tankers de stockage de combustible qui ont été touchés continuaient de brûler. Le nombre de victimes de l’explosion a augmenté à 41 après les décès de deux blessés, qui ont été évacués au Centre de Brûlés de l’État Zulia. Le chiffre des victimes a été actualisé par Jésus Valdés, coordonnateur général de l’Attention Médicale du centre hospitalier.

Les deux blessés qui se sont ajoutés à la liste tragique, sont décédés de complications dues aux brûlures à 100 %, a dit Valdés après avoir communiqué le deuxième rapport officiel. Le médecin a ajouté qu’encore cinq blessés sont dans un état stable, tandis qu’une patiente se trouve dans un état délicat.

Pour sa part, le vice-président vénézuélien, Elias Jaua, a indiqué que quinze victimes sont des civils et en majorité des parents des militaires qui se trouvaient dans les logements du détachement 45 de la Garde Nationale, un complexe militaire qui a une infrastructure résidentielle. De plus, il a confirmé qu’il y a six cadavres non encore identifiés. De la même manière, il a expliqué que les flammes persistent après que dans la nuit de samedi un fort vent ait compliqué les opérations.

La répétition générale des élections du 7 octobre, dont le développement était prévu pour aujourd’hui, a été reprogrammé pour le 2 septembre à cause du deuil national décrété par le gouvernement vénézuélien, en hommage aux victimes de l’incendie dans la raffinerie d’Amuay, a informé la présidente du Conseil National Électoral. Tibisay Lucena a indiqué que le Pouvoir Électoral rejoint le deuil de trois jours décrété par le gouvernement national. Pour participer à la répétition 1 553 centres de vote étaient habilités. L’objectif de cet événement est de vérifier le fonctionnement du système de vote, de finaliser des détails et de vérifier la dynamique du processus vis-à-vis des élections présidentielles.

Dans un autre sens, l’autorité pétrolière du Venezuela a assuré que des réserves de combustible pour le marché local existent, tandis que les pompiers continuaient de lutter pour étouffer le feu. Bien que l’explosion et l’incendie aient dévasté une partie du complexe, le ministre de l’Énergie et du Pétrole du Venezuela, Rafael Ramirez, a affirmé que l’usine sera en condition de fonctionner dans les deux jours, dès que le feu sera éteint. Dans la région côtière de Paraguaná le vent a soufflé fortement durant les dernières heures.

Une journée après l’explosion provoquée par une fuite de gaz propane, Ramirez a présenté hier un bilan et a indiqué qu’existent des réserves pour garantir l’approvisionnement du marché local. Il a dit que le pays dispose de quatre millions de barils de combustible stockés pour garantir la distribution d’essence et du diesel et qu’il n’y aura de rupture d’approvisionnement. « Je demande au pays qu’il ne se laisse pas confondre ou tromper, il y a une normalité absolue sur l’approvisionnement de combustible », a-t-il remarqué.

Ensuite, il a expliqué qu’Amuay est lié à deux autres complexes raffineurs, celui du Cardon et El Palito qui produisent presque 400 000 barils par jour tandis que Puerto La Cruz, une autre raffinerie à l’Est du pays, produit 180 000 barils. De la même manière, il a assuré que les réserves existantes sont suffisantes pour couvrir dix jours d’approvisionnement.

Página 12. Buenos Aires, le 27 août 2012.

Traduit de l’espagnol pour El Correo para : Estelle et Carlos Debiasi

El Correo. Paris, le 27 août de 2012.

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported
.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id