recherche

Accueil > Argentine > Économie > Dette externe > Dette argentine : Avancée des négociations avec le Club de Paris

26 février 2011

Dette argentine : Avancée des négociations avec le Club de Paris

par Estelle Leroy-Debiasi *

 

Les résultats de la négociation entre l’Argentine et le Club de Paris sur la dette de plus de 6 milliards de dollars devraient être connus d’ici quelques semaines. Près de 90 % de la dette argentine avec le Club de Paris est réparti entre six pays : l’Allemagne (34,2%), le Japon (26,2%), puis les Pays-Bas, l’Italie, les Etats-Unis et l’Espagne.

Cette dette porte sur environ 6 milliards de dollars mais avec les intérêts impayés et les pénalités, elle atteindrait 8,950 milliards de dollars ; un chiffre sur lequel l’équipe argentine espère obtenir une révision. Car une des premières étapes sera de tomber d’accord sur le montant exact de la dette en question, avant de valider le plan de paiement.
« Ce sont des dettes qui sont trainées depuis 1956, avec trois rounds de négociations qui ont échoué » rappelle t-on du coté argentin. Ironie de l’histoire, le Club de Paris a bien été créé en 1956 pour se pencher sur le problème... de la dette argentine.

Aujourd’hui l’Argentine ne souhaite pas que ce remboursement obère sa croissance soutenue et la politique économique sociale actuelle. Le plan pourrait s’étaler sur 18 mois, avec un premier paiement qui porterait sur la moitié de la dette, mais le gouvernement argentin souhaitait au départ un étalement un peu plus long ; reste qu’il ne voudra pas accepter en échange d’un délai plus long, l’entrée dans la négociation du Fmi, qu’il a réussi à tenir à l’écart.

Le ministre de l’économie Amado Boudou a récemment précisé à son retour du G20, où ce n’était pas le sujet de la rencontre, que les négociations avançaient, mais qu’il faut mettre tous les pays partie prenante d’accord. Des avancées ont lieu alors que des réunions quasi quotidiennes se tiennent par vidéo conférence avec le Secrétaire des finances , Hernán Lorenzino et le Club de Paris .

Cette dette est la dernière non régularisée de l’Argentine, après les trois plans d’échange menés avec les créanciers privés en 2005, en 2010, et le paiement de 10 milliards de dollars au FMI.
L’Argentine a atteint un niveau historique de réserves avec quelque 53 milliards de dollars, ce qui lui permettrait de s’en acquitter enfin. Mais il ne faut pas oublier qu’au sein du pays des voix s’élèvent toujours pour contester la légitimité de cette dette dont une partie a été contractée sous la dictature.

El Correo, Paris le 26 février 2011

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id