recherche

Accueil > Argentine > Justice - Droits de l’homme > Décès de l’ex dictateur argentin Jorge Videla

17 mai 2013

Décès de l’ex dictateur argentin Jorge Videla

La lutte pour la vérité, la justice et la mémoire continue

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Le dictateur argentin Jorge Videla, né en 1925 au pouvoir de 1976 à 1981 dans ce qui fut une dictature des plus sanglantes, est décédé ce matin à 8h30 (heure argentine) de causes naturelles au centre pénitencier de Marcos Paz, où il étaient emprisonné pour une peine à perpétuité pour crime contre l’humanité.

Cité à comparaitre dans le procès du Plan Condor avec les mêmes charges, il avait déclaré il y a quelques jours refuser de reconnaître la justice actuelle et les procès en cours, et n’avait formulé aucun regret. « C’est un être méprisable qui a quitté ce monde » a déclaré Estela de Carlotto, présidente des grands-mères de la Place de Mai. « Ici il a été jugé et condamné », et « et je considère que malgré qu’il ait été baptisé, ait fait sa communion, sa confession, et communiait, il n’ira pas au ciel » a t-elle poursuivi, rappelant qu’il n’avait jamais formulé ni regret, ni repentir, ni demande de pardon pour les exactions commises sous son régime, qui a fait plus de 30 000 disparus et morts en Argentine.

La lutte pour la vérité, la justice et la mémoire continue.

« Hélas, il emporte dans la tombe des informations très importantes, notamment en relation avec les enfants de disparus qu’o n’a pas encore trouvé, et les corps des disparus » a souligné le député Juan Cabandié, lui même enfant de disparus.

El Correo. Paris, le 17 Mai 2013

Contrat Creative Commons

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id