recherche

Accueil > Empire et Résistance > Organismes et ONGs de domination > Control total : Un Etasunien devrait prendre la tête des affaires politiques (...)

9 janvier 2007

Control total : Un Etasunien devrait prendre la tête des affaires politiques à l’ONU.

 

Le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon devrait nommer prochainement un Américain à la tête du département des affaires politiques de l’ONU, lequel serait renforcé, a-t-on appris lundi de sources onusiennes.

Par l’Agence France-Presse
New York, Nations unies. Le lundi 08 janvier 2007

M. Ban a choisi l’actuel ambassadeur des États-Unis à Djakarta, Lynn Pascoe, pour ce poste de secrétaire général adjoint chargé des affaires politiques, où il succédera au Nigérian Ibrahim Gambari mais avec des responsabilités élargies, a-t-on précisé de mêmes sources.

Ce poste est l’un des postes-clés de l’ONU, son titulaire étant souvent chargé de missions de médiation dans des pays en crise ou dont la situation peut justifier une action de l’ONU (Birmanie, Zimbabwe, Irak, Chypre).

Le département des affaires politiques (DPA) devrait se voir adjoindre certaines activités jusqu’ici assumées par celui du maintien de la paix (DPKO) comme le désarmement des ex-combattants après un conflit, ainsi qu’une partie des responsabilités liées aux achats d’équipement et de fournitures, selon ces sources. Ces activités seraient confiées, au sein du DPA élargi, à un haut fonctionnaire japonais, selon ces sources.

Le poste de secrétaire général adjoint chargé des opérations de maintien de la paix, que les États-Unis ont tenté d’obtenir, devrait rester aux mains du Français Jean-Marie Guéhenno, selon ces sources.

La décision de renforcer le DPA semble viser à un rééquilibrage entre ce département et celui du maintien de la paix, en forte expansion depuis quelques années en raison de l’augmentation du nombre des missions de l’ONU dans les zones de conflit. Environ 100.000 Casques bleus sont actuellemnt déployés dans 18 missions à travers le monde.

Les États-Unis, qui financent 22 % du budget général de l’ONU et 27 % de celui des opérations de maintien de la paix, ont à plusieurs reprises exprimé leurs doutes sur le bien-fondé de certaines de ces missions et se sont plaints de la tendance du Conseil de sécurité à en renouveler le mandat quasi-automatiquement.

Certaines missions, qu’ils estiment inopérantes, sont dans leur collimateur, comme la Minuee (Mission de l’ONU en Ethiopie et Erythrée), incapable de jouer son rôle en raison de restrictions imposées notamment par l’Erythrée, et la Minurso (Mission pour un referendum au Sahara occidental).

M. Ban, qui a pris ses fonctions le 1er janvier, doit poursuivre dans les prochains jours la mise en place de son équipe.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id