recherche

Accueil > Les Cousins > Venezuela > Carter donne un coup d’accélérateur au Venezuela

22 janvier 2003

Carter donne un coup d’accélérateur au Venezuela

 

Par Bertrand Rosenthal
Agence France-Presse, Caracas

L’ex-président américain Jimmy Carter a donné mardi un coup d’accélérateur à la recherche d’une sortie pacifique de la crise vénézuélienne en proposant à la communauté internationale de soutenir deux solutions électorales, déjà acceptées par le président Hugo Chavez.

La vraie nouveauté de ces propositions réside dans la fixation d’une date butoir, le 19 août, pour l’organisation d’une consultation électorale garantie par la communauté internationale, afin de sortir le plus rapidement possible d’une crise qui entrera mercredi dans son 52e jour de grève.

« J’ai deux propositions que je présenterai au groupe d’amis » qui doit se réunir vendredi à Washington, a dit Jimmy Carter au cours d’une conférence de presse après avoir rencontré à deux reprises, lundi soir, puis mardi matin, le président Chavez : « un référendum » sur le maintien au pouvoir du président Hugo Chavez, fixé au 19 août prochain, ou un amendement constitutionnel » sur la réduction de la durée du mandat présidentiel qui ouvrirait la porte à des élections.

« La proposition est d’arriver au 19 août, et ainsi, il n’y aura aucun retard, aucun truquage », parce que ces propositions seront « présentées à la communauté internationale à travers du groupe d’amis », a déclaré M. Carter.

Alors que les négociations étaient dans l’impasse, un « groupe de pays amis » composé du Brésil, du Chili, du Mexique, des États-Unis, de l’Espagne et du Portugal, avait été formé la semaine dernière à Quito.

Le président vénézuélien, interrogé après sa rencontre avec Jimmy Carter, a affirmé qu’il acceptera ces deux formules électorales à condition que « l’opposition respecte la constitution ».

Jimmy Carter a expliqué que les deux propositions n’étaient pas exclusives, et qu’elles seront présentée mardi à l’opposition et discutées à « la table de négociations » sous la médiation du secrétaire général de l’Organisation des États Américains (OEA) César Gaviria.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id