recherche

Accueil > Empire et Résistance > Union Européenne > Royaume-Uni > Cameron prié de s’informer sur l’Argentine

26 janvier 2012

Cameron prié de s’informer sur l’Argentine

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

La présidente argentine Cristina Kirchner a accusé le Premier ministre britannique David Cameron de chercher à présenter l’Argentine comme un pays « violent » dans le différend des Malouines, lors de sa première apparition publique après 21 jours de convalescence.

« On veut faire de nous des garçons mauvais ou violents, ce que nous ne sommes pas », a dit Mme Kirchner, qui a été opérée le 4 janvier de la thyroïde et présentait une cicatrice horizontale au cou bien visible.

« J’ai entendu qu’on traitait les Argentins de colonialistes », a poursuivi la présidente, ajoutant : « Quand on en vient à dire des choses pareilles, c’est qu’on n’a plus d’arguments ». « Nous n’avons pas fait partie, nous, d’aucune force d’invasion d’aucun pays », a-t-elle ajouté.

Mme Kirchner a rappelé que, pour l’ONU, les Malouines étaient un territoire à décoloniser. « Le comité de décolonisation de l’ONU a encore en examen 16 territoires qui sont des colonies, dont 10 de l’Angleterre et l’une des plus emblématiques d’entre elles sont nos îles Malouines », a dit la présidente.

M. Cameron a déclenché un tollé il y a une semaine en affirmant devant le parlement que l’attitude de l’Argentine vis-à-vis des Malouines s’apparentait « à du colonialisme ».

La présidente argentine a énuméré une série d’entreprises britanniques « qui travaillent en Argentine », dont British Petroleum, HSBC, Glaxo, Unilever ou British Telecom.

« Comment cela se fait qu’elles n’ont pas peur de nous, si nous sommes tellement mauvais ? », a-t-elle demandé. «  Le Premier ministre devrait avoir une petite rencontre avec les cadres et les Pdg de ces entreprises afin qu’ils lui expliquent comment nous sommes, nous les Argentins », a-t-elle dit.

Mme Kirchner a par ailleurs annoncé qu’elle allait déclassifier le fameux « Rapport Rattenbach » de 1982 sur le rôle des armées argentines pendant la guerre des Malouines, tellement critique qu’il avait été censuré et la version originale était restée secrète.

Le Royaume-Uni occupe les îles Malouines depuis 1833, après en avoir chassé les autorités argentines. Un millier de soldats britanniques y sont déployés.

Agence France-Presse
Buenos Aires, 26 janvier 2012.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id