recherche

Accueil > Empire et Résistance > Organismes et ONGs de domination > Aveuglement idéologique : La responsabilité du FMI dans la crise.

3 mars 2011

Aveuglement idéologique :
La responsabilité du FMI dans la crise.

 

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Les conclusions du rapport du Bureau d’Évaluation du FMI lui-même condamnent avec force l’attitude de cet organisme face aux premiers symptômes de la crise par aveuglement idéologique, notamment sous la direction de l’espagnol Rodrigo Rato.

« Le Fonds Monétaire International (FMI) a sous-estimé les risques qui ont conduit à la crise financière et économique mondiale la plus grave depuis des décennies en raison, principalement, d’une culture dans laquelle a prévalu la pensée doctrinaire et qui a découragé les critiques ». C’est en ces termes forts que conclut le rapport élaboré par le Bureau Indépendant d’Évaluation de cet organisme (IEO d’après son sigle en anglais) pour la période 2004-2007, lorsque la présidence du FMI était occupée par Rodrigo Rato. De son côté, l’actuel président, Dominique Strauss-Kahn, n’a eu d’autre choix que de faire l’éloge du rapport en ajoutant aussitôt qu’« un certain nombre de changements avaient déjà commencé à s’appliquer ». Toutefois, les critiques ne s’adressent pas seulement à M. Rato, l’actuel directeur aussi est visé. « Strauss-Kahn a a déclaré en 2008 – rappelle le rapport– que les pires nouvelles sur la crise étaient désormais derrière nous. Quelque temps après Lehman Brothers déposait le bilan ».

« Le message du FMI au cours des années précédant la débâcle se caractérise par un excès de confiance dans la solidité des grandes institutions financières et par le cautionnement du comportement dominant sur les principales places financières internationales. À cela, il faut ajouter le degré élevé de conformisme, des a priori intellectuels et l’état d’esprit général selon lequel une crise financière était peu probable dans les pays avancés », affirme le rapport du Bureau d’Évaluation, sous la direction de Moises Schwartz.

Si le texte qui vient d’être publié reconnaît que quelques changements ont été apportés au sein du FMI, il affirme également que cet organisme doit aller « plus loin » et réaliser « de nouvelles réformes dans sa culture, dans ses pratiques et dans sa gouvernance ». Plus précisément, l’audit souligne la nécessité de définir « les rôles et les compétences du Conseil d’administration », composé de 24 administrateurs désignés par les pays membres, ainsi que ceux de la direction et des employés de haut niveau du Fonds.

« Le FMI doit modifier ses structures institutionnelles et revoir les incitations afin d’encourager une meilleure évaluation des risques, la collaboration interne, la clarté des messages et la capacité à s’opposer aux points de vue des pays, surtout ceux des plus grandes puissances économiques » ajoute le rapport.

Afin de ne pas sombrer sous le déluge de critiques, l’actuel directeur du FMI a salué « les idées constructives » du Bureau d’Évaluation et rappelé que le Fonds avait déjà fait son mea culpa pour n’avoir pas pris conscience de la gravité de la crise internationale. « L’objectif du plan de réforme mis en oeuvre est précisément de renforcer la surveillance et le financement pour la stabilité systémique » a dit Strauss-Kahn.

Bien que la principale étape étudiée porte sur la période de Rodrigo Rato à la tête de l’institution, l’évaluation n’a pas manqué de faire certaines remarques sur ce qui s’est passé quelques mois avant la chute de la Banque Lehman Brothers qui a marqué le début de la crise en 2008. À cette époque-là, Strauss-Kahn avait déjà pris la tête du Fonds. « Le FMI restait convaincu de la capacité du secteur financier à absorber ses pertes et de celle de l’économie étatsunienne et mondiale à éviter la récession », conclut le rapport.

Página 12 . Buenos Aires, 10 février 2011.

Traduit de l’espagnol pour El Correo par  : Antonio Lopez

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id