recherche

Accueil > Notre Amérique > Blocs régionaux > Celac > Avec la CELAC, l’Amérique Latine s’affirme davantage

6 décembre 2011

Avec la CELAC, l’Amérique Latine s’affirme davantage

 

La CELAC a été officiellement créée et s’est réunie le 2 et 3 décembre dernier à Caracas au Venezuela en présence de 32 pays de la région.

La CELAC (Comunidad de Estados Latinoamericanos y Caribeños) est un organisme destiné à la résolution des conflits interrégionaux, et à la discussion de politiques communes au sous-continent.

Sa création exprime le début de la fin d’une certaine histoire de l’Amérique Latine :« cela veut dire l’Amérique Latine aux latino-américains » a expliqué Carlos Alvarez, secrétaire général de l’ALADI. « En 1820 a été formée ce qu’ on connaît comme la « Doctrine Monroe  », qui disait l’Amérique aux Américains, avec l’idée que l’Amérique Latine était la cour arrière d’un monde dominé par un pouvoir hégémonique ».

Un moment très important, unique de l’histoire de l’Amérique latine qui couronne le travail initié depuis plusieurs années. Former la CELAC, c’est établir « qu’à partir de maintenant nous les latinoaméricains commençons à construire notre propre vision, notre propre histoire, et les conflits et les problèmes et le calendrier, nous les décidons nous, personne en dehors du continent ».

L’initiative est née durant la rencontré des chefs d’Etat à Mexico le 23 février 2010, lors de la réunion du Groupe de Río et du sommet Amérique Latine et Caraïbes. Le premier sommet de la CELAC a traité de thèmes liés au social, aux importations au niveau régional, à la défense des ressources naturelles.

La Celac réunit une pluralité de gouvernement autour de l’appartenance régionale, fruit d’une construction initiée depuis les années 2000, avec ses propres modèles de développement, et prend de facto la place de l’Organisation des Etats américains (OEA) dont le siège est à Washington, et qui se trouve ainsi quelque peu obsolète.

Il s’agira aussi de coordonner les calendriers des autres organismes de la region comme l’Unasur, la CAN (Comunidad Andina de Naciones), le Mercosur et l’ ALADI. La Présidente argentine Cristina Kirchner a d’ailleurs souligné que sur les « 33 pays de la CELAC, 12 font partie de l’ Aladi et que le commerce interrégional ne représentait que 16% ».

El Correo agences, Paris le 4 décembre 2011

Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id