recherche

Accueil > Les Cousins > Mexique > Attentat dans le centre de Mexico.

16 février 2008

Attentat dans le centre de Mexico.

 

Par l’Agence France-Presse
Mexico, Le vendredi 15 février 2008

Un homme a été tué et deux autres personnes ont été blessées vendredi par l’explosion d’un engin explosif de fabrication artisanale dans une rue du centre de Mexico, une ville très rarement frappée par des attaques de ce type.

« Pour l’instant nous ne savons pas » les circonstances exactes du drame, a dit Joel Ortega, le patron de la police de Mexico, après avoir évoqué une double détonation « déclenchée par un téléphone cellulaire ».

Désormais, M. Ortega n’exclut pas que la personne tuée soit le poseur de bombe.

« Il s’agit d’une explosion en deux temps (...) une personne est morte, un homme, et nous avons le cas d’une femme dans un état grave, avec des brûlures sur le corps », a déclaré le secrétaire à la Sécurité publique de la ville de Mexico, Joel Ortega.

« C’est un engin explosif de fabrication artisanale probablement (...) et (l’explosif utilisé) est probablement de la poudre, vu l’odeur », qui a explosé à 14H30 locales (20H30 GMT), a précisé Joel Ortega.

Aucune revendication n’a été adressée aux autorités mexicaines.

Le patron de la police de Mexico a suggeré que la personne tuée par l’explosion pourrait être le responsable de l’explosion. « Nous avons remarqué que cet homme avait perdu une main, sûrement au moment de manipuler l’explosif », a-t-il dit.

« La personne avait à la main le sac qui a explosé », a ajouté le fonctionnaire mexicain sur les ondes de CNN en espagnol.

Selon des témoins, il avait une trentaine d’année.

Une jeune femme de 22 ans a été grièvement blessée et transportée vers un hôpital. Un étudiant a été blessé plus légèrement.

Des voitures ont été détruites ou endommagées par la déflagration.

Plus d’une dizaine d’ambulances se sont rendues sur place et des centaines de policiers ont bouclé la zone, selon un photographe de l’AFP.

« Quand l’homme a été embarqué dans l’ambulance, il lui manquait une partie d’un bras et il avait des blessures aux jambes », a raconté à l’AFP Francisco Garcia, qui se trouvait sur le lieu de l’explosion.

« J’ai entendu l’explosion et je suis sortie en courant. Tout a tremblé, il y avait beaucoup de fumée et des vitres cassées partout », a dit Marta Arias, 64 ans, dont le commerce est situé à quelques mètres de l’endroit de la déflagration.

Des attentats perpétrés par des groupuscules d’extrême gauche ont régulièrement frappé des banques, le siège d’un parti politique ou des infrastructures gazières, ne faisant que des dégâts matériels.

En juillet et en septembre, deux séries d’attentats revendiquées par la guérilla d’extrême gauche de l’EPR (Armée populaire révolutionnaire), ont visé des gazoducs de la compagnie pétrolière PEMEX.

Aucun appel avertissant d’un attentat n’a été reçu par les autorités, ce que s’était engagé à faire l’EPR il y a quelques mois en annonçant qu’elle continuerait son action contre le gouvernement.

Les médias mexicains évoquaient également la possibilité d’une action d’une des mafias de la drogue qui mènent des actions violentes dans l’ensemble du pays, mais généralement très ciblées, contre des policiers ou des membres de cartels rivaux.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id