recherche

Accueil > Argentine > Social > Initiatives > Argentine : ce qu’on coupe en éducation est dépensé en répression.

30 novembre 2002

Argentine : ce qu’on coupe en éducation est dépensé en répression.

 

Appel des enseignants argentins aux citoyens européens

Le Gouvernement de l’Union Européenne a signé un accord avec le gouvernement de la Province de Santa Fe en Argentine pour réformer et entraîner la police provinciale. Pour mettre en œuvre cet accord l’Union Européenne va apporter des fonds ainsi que du personnel qualifié, pendant que le Gouvernement Provincial s’engage à fournir 45% des dépenses.

Pour obtenir ses fonds et remplir ses engagements, le Gouverneur de la province de Santa Fe, l’ex-coureur automobile de formule 1 Carlos Reuteman, a pris décidé de réduire sévèrement les dépenses d’éducation. Concrètement, l’intention est de laisser sans financement les Centres d’ Alphabétisation, Ecoles de Formation Secondaires pour Adultes et les Instituts Supérieurs. En conséquence, plusieurs professeurs vont être suspendus et des milliers d’élèves vont rester sans avoir accès à l’instruction, ni à l’intégration, sociale, en dehors des établissements privés payants.

La méthode qui consiste à fermer ou réduire ces institutions afin de « libérer » ainsi des fonds est extrêmement perverse. Comme celle de changer les dates d’inscription au mois d’octobre, sur décision du Ministère de l’Education, au lieu du traditionnel février-mars de l’année en cours, ce qui fut la façon la plus efficace pour modifier les statistiques et ainsi pouvoir fermer des établissements bondés d’élèves.

Alors l’argent ainsi économisé va être utilisé pour ouvrir 500 nouveaux postes au sein de la police, multiplier les dépenses en armement, en équipement et en formation de personnel avec l’apport de l’Union Européenne.

Nous sollicitons le soutien des citoyens et des gouvernants de l’Union Européenne dans notre lutte pour une éducation gratuite accessible aux plus pauvres toujours exclus. Nous avons besoin que l’Union Européenne conditionne tout accord entre les Gouvernements de l’Union Européenne et les gouvernants argentins pour qu’ils maintiennent et entretiennent les services essentiels d’éducation et de santé.
L’accord qui vient d’être signé doit être bloqué par une participation active des citoyens européens pour ne pas être co-responsables d’une énorme injustice, contribuant à alourdir la charge que les gouvernants corrompus argentins impose au peuple.

Retour en haut de la page

El Correo

|

Patte blanche

|

Plan du site

| |

création réalisation : visual-id